collection

— Cahiers

7 € / 9.1 CHF

16 mars 2010

11x18 cm

ISBN 978-2-940426-15-7

ISSN 1662-8349

Revue de presse + Lire

Il est bien connu que, pendant l’épopée de la Première Internationale, Karl Marx ne recula devant aucune grosse crasse pour discréditer les conjurés bakouniniens. Ce qui contribua pas mal à faire du barbu venimeux l’incarnation-même du socialisme autoritaire. L’hyperlucide marxologue Rubel met les choses au point. Oui, Marx fut souvent mauvais comme une teigne dans ses rapports avec ses petits camarades. C’est à lui néanmoins qu’on doit les premiers écrits-clé sur « l’anarchisme compris tout à la fois comme mouvement d’autolibération des esclaves modernes et comme projet de construction de la communauté humaine libérée du capital et de l’État ». Noël Godin, Siné Mensuel, 2 février 2012.

Signalons pour finir la réédition par Entremonde de Marx théoricien de l’anarchisme dans lequel Maximilien Rubel avance que les marxistes ont trahi Marx, par ignorance tout d’abord puis par volonté d’instaurer une idéologie de domination. L’auteur développe ainsi les arguments qui prouvent selon lui qu’il fut « le premier à jeter les bases rationnelles de l’utopie anarchiste et à en définir un projet de réalisation » ayant pour but la disparition du capital et de l’Etat. Anarlivres, septembre 2011.

Marx théoricien de l’anarchisme

Maximilien Rubel

Avec la révo­lu­tion russe de 1917 et le triom­phe du parti bol­che­vik, donc du marxisme élevé au statut d’idéo­lo­gie d’État, la légende de Marx « com­mu­niste d’État » ou « socia­liste auto­ri­taire » s’est muée en mythe uni­ver­sel. Elle est devenu l’alibi moral de tous les régi­mes d’exploi­ta­tion économique et abê­tis­se­ment cultu­rel qui savent dénon­cer, à tra­vers l’image ter­ri­fiante du « socia­lisme réel », la pré­ten­due « phi­lo­so­phie tota­li­sante » de l’auteur du Capital.

Cet essai s’entend comme une contri­bu­tion à l’entre­prise – plus que jamais néces­saire – de démo­li­tion de ce mythe. Il vise à démon­trer que Marx fut le pre­mier théo­ri­cien de l’anar­chisme com­pris tout à la fois comme mou­ve­ment d’auto­li­bé­ra­tion des escla­ves moder­nes et comme projet de cons­truc­tion de la com­mu­nauté humaine libé­rée du capi­tal et de l’État.

Maximilien Rubel, né en 1905, cher­cheur scien­ti­fi­que, a été le rés­pon­sa­ble de l’édition des oeu­vres de Karl Marx dans la biblio­thè­que de la Pléiade et l’auteur de nom­breu­ses études sur lui. Il a dirigé les Études de marxo­lo­gie en col­la­bo­ra­tion avec Louis Janover.