collection

— Métro

À paraître

22 € / 26.4 CHF

23 mai 2017

320 p. / 14x21 cm

ISBN 978-2-940426-34-8

Métromarxisme

Andy Merrifield

Essai traduit de l’anglais par Julien Guazzini

Métromarxisme prend l’objet ville dans toute la fas­ci­na­tion qu’il exer­ce : son auteur nous invite à un voyage, une flâ­ne­rie que ne renie­rait pas Walter Benjamin visi­tant les pas­sa­ges pari­siens. Il nous guide à tra­vers les œuvres de plu­sieurs pen­seurs radi­caux, chacun à sa façon arpen­teur du maca­dam, qui se sont inter­ro­gés sur le rap­port entre leur vie et la ville, entre la ville et leur pensée, entre la ville et la révo­lu­tion. Andy Merrifield nous conte 150 ans de la rela­tion tumul­tueuse qu’entre­tien­nent ville et cri­ti­que sociale, au tra­vers de ses figu­res les plus emblé­ma­ti­ques : depuis les grands anciens, Marx théo­ri­cien bien sûr, et plus par­ti­cu­liè­re­ment Engels, défri­cheur inlas­sa­ble de la métro­pole indus­trielle nais­sante, en pas­sant par Benjamin enivré de la puis­sance urbaine, Lefebvre le révolté per­ma­nent de l’urba­nisme, mis en face de Castells, l’élève rené­gat, jusqu’à la géo­gra­phie radi­cale de David Harvey, la radi­ca­lité située de Guy Debord et le marxisme aven­tu­rier, confondu avec l’exis­tence même au cœur de la méga­pole, de Marshall Berman. Une rela­tion pas­sion­née écrite dans et avec les luttes de son temps, pour une déam­bu­la­tion intel­lec­tuelle pas­sion­nante.

Andy Merrifield, né en 1960, est un uni­ver­si­taire bri­tan­ni­que. Il a un doc­to­rat à l’uni­ver­sité d’Oxford, sa thèse fut diri­gée par David Harvey. Il a publié de nom­breux essais et arti­cles sur l’urba­nisme radi­cal, ainsi qu’une bio­gra­phie du phi­lo­so­phe Henri Lefebvre, à paraî­tre aux éditions Entremonde.