collection

— A6

5 € / 6.5 CHF

14 septembre 2010

56 p. / 10x15 cm

ISBN 978-2-940426-09-6

ISSN 1664-2309

Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel

Karl Marx

Essai philosophique traduit de l’allemand par « du mauvais côté »

Quand le pro­lé­ta­riat met à l’ordre du jour la dis­so­lu­tion de l’ordre mon­dial en place jusqu’à pré­sent, il n’énonce rien d’autre que le secret de sa propre exis­tence immé­diate, car il est la dis­so­lu­tion de fait de cet ordre mon­dial. Quand le pro­lé­ta­riat exige la néga­tion de la pro­priété privée, il ne fait qu’élever en prin­cipe de la société ce que la société a élevé en prin­cipe pour lui, ce qui est déjà et malgré lui incarné en lui : le résul­tat néga­tif de cette société. — K. Marx

La polé­mi­que lit­té­raire enga­gée par Marx contre Hegel et sa phi­lo­so­phie du droit n’est ici qu’un pré­texte pour partir à la ren­contre du pro­lé­ta­riat et de son asser­vis­se­ment par l’État, l’argent et la reli­gion. C’est peu après la sup­pres­sion par la cen­sure de la Gazette rhé­nane que Marx ébauchera ce manus­crit dont seule l’intro­duc­tion sera ter­mi­née et publiée dans les Annales franco-alle­man­des d’Arnold Ruge. Il en reste un texte phi­lo­so­phi­que puis­sant sur la place du pro­lé­ta­riat dans la société capi­ta­liste.

Figure incontour­na­ble du mou­ve­ment ouvrier, Karl Marx (1818-1883) fut un jour­na­liste et théo­ri­cien révo­lu­tion­naire alle­mand du XIXe siècle. Ses écrits por­tent sur de nom­breux domai­nes tels que la phi­lo­so­phie, l’économie, l’his­toire et bien d’autres. Il s’enga­gea aussi poli­ti­que­ment, d’abord dans la Ligue des Communistes puis dans l’Association inter­na­tio­nale des tra­vailleurs.