collection

— Rupture

12 € / 15.6 CHF

14 mai 2013

160 p. / 13x20 cm

ISBN 978-2-940426-10-2

ISSN 1662-3231

Résignation est complicité

Marco Camenisch

Alors qu’en Suisse, malgré une forte résis­tance, la cons­truc­tion de cen­tra­les nucléai­res se pour­suit, Marco Camenisch fait partie de ceux qui, au sein du mou­ve­ment anti­nu­cléaire, refu­sent de se rési­gner. En 1980, il est arrêté pour le dyna­mi­tage d’un pylône de ligne à haute ten­sion et d’une cen­trale de trans­for­ma­tion électrique. Lors de son procès, il lit une longue décla­ra­tion : Paix aux chau­miè­res, guerre aux palais !

En cavale ou en prison, Marco Camenisch ne cesse de lancer ses mots contre les puis­sants. Ses textes contri­buent au déve­lop­pe­ment et au ren­for­ce­ment de la lutte contre toute forme de domi­na­tion, d’oppres­sion et d’exploi­ta­tion, en défense de tous les êtres vivants. La prison devait détruire Marco Camenisch, guer­rier captif depuis main­te­nant vingt ans, mais il mène depuis sa cel­lule une intense résis­tance et par­ti­cipe aux luttes des pri­son­niers. Il ne se laisse ni détruire, ni paci­fier. Se rési­gner, c’est être com­plice.

Après avoir aban­donné son appren­tis­sage de fer­mier, Marco Camenisch (né en 1952) s’enga­gea dans le mou­ve­ment anti­nu­cléaire suisse des années 1970. Il fut arrêté en 1980 pour le dyna­mi­tage d’un pylône de ligne à haute ten­sion. S’échappant de prison en 1981, arrêté de nou­veau en 1991 en Toscane et extradé en Suisse en 2002, il est actuel­le­ment empri­sonné à Lenzburg.