collection

— A6

À paraître

8 € / 9.60 CHF

11 avril 2019

136 p. / 105x155 cm

ISBN 978-2-940426-51-5

ISSN 2624-7887

Mai 68 en France

Sergio Bologna, Giairo Daghini

Traduit depuis l’italien par le collectif de traduction Julien Allavena, Davide Gallo Lassere et Matteo Polleri

Traduit par Julien Allavena, Davide Gallo Lassere et Matteo Polleri

Cet essai sur Mai 68 – publié en juillet de la même année dans la revue Quaderni pia­­cen­­tini – a été écrit dans le feu de l’action, au milieu des bar­­ri­­ca­­des pari­­sien­­nes. Devenu un clas­­si­­que, sa lec­­ture des événements s’oppose aux inter­­pré­­ta­­tions alors en vogue dans la gauche, à la fois ins­­ti­­tu­­tion­­nelle et révo­­lu­­tion­­naire. Les auteurs, en ana­­ly­­sant la révolte des étudiants et des tra­­vailleurs, ont en effet ignoré les sché­­mas idéo­­lo­­gi­­ques du marxisme-léni­­nisme, du maoïsme, de l’anar­­chisme, etc., en met­­tant en avant les caté­­go­­ries opé­­raïs­­tes for­­gées dans les revues Quaderni rossi et Classe ope­­raia.

Sergio Bologna, né en 1937, a ensei­gné l’his­toire du mou­ve­ment ouvrier et de la société indus­trielle pen­dant vingt ans au sein de diver­ses uni­ver­si­tés (Trente, Padoue, Milan, Brême). Il est aussi un des prin­ci­paux théo­ri­ciens de l’opé­raïsme ita­lien. Il fait par ailleurs partie du comité de rédac­tion des revues Sozial.Geschichte et L’ospite ingrato.

Giairo Daghini, né en 1936, fai­sait partie de l’opé­raïsme ita­lien. Dans les années 1960, il a étudié la phi­lo­so­phie à Milan avec Enzo Paci. Ensuite, il a émigré à Paris, où il a donné nais­sance à Change International avec Felix Guattari et Nanni Balestrini. En outre, il a ensei­gné à l’Université de Genève où il a fondé et dirigé la revue FACES.