collection

— A6

À paraître

8 € / 9.60 CHF

11 avril 2019

208 p. / 105x155 cm

ISBN 978-2-940426-52-2

ISSN 2624-7887

Domination et sabotage

Antonio Negri

Sur la méthode marxiste de transformation sociale

Traduit de l’italien par Davide Gallo Lassere, Jean-Paul Gasparian, Cannelle Gignoux et Matteo Polleri

Domination et sabo­tage est l’un des textes clés de la « séquence rouge ita­lienne » des années 1970. Une inter­ven­tion déci­sive, tant par sa portée théo­ri­que que poli­ti­que, qui se place aux côtés des grands écrits de cette époque. Au-delà des débats tac­ti­ques, poli­ti­ques ou mili­tai­res qui ont secoué le mou­ve­ment ita­lien, ce texte pose une ques­tion tou­jours d’actua­li­té : com­ment penser les condi­tions d’une posi­ti­vité anta­go­niste et mul­ti­ple, capa­ble de res­sai­sir l’exi­gence des orga­ni­sa­tions révo­lu­tion­nai­res contre leur ver­ti­­ca­lité interne et au-delà de l’unité figée d’un sujet social de réfé­rence ? Derrière la refor­mu­la­tion du marxisme comme « logi­que de la sépa­ra­tion » se trouve le pro­blème poli­ti­que d’un hori­zon d’orga­ni­sa­tion auto­nome dura­ble, capa­ble de s’affron­ter réel­le­ment avec l’exis­tant sans être aspiré par l’abîme d’une néga­ti­vité qui rend impos­si­ble toute consis­tance de long terme. Faire « un pas en arrière et deux pas en avant », ici, en France, aujourd’hui, à partir de ces pages écrites il y a qua­rante ans, signi­fie alors se réap­pro­prier cette ques­tion à partir des expé­rien­ces concrè­tes qui lient, pour repren­dre l’auteur, la « déstruc­tu­ra­tion économique » à la « dés­ta­bi­li­sa­tion poli­ti­que », et celles-ci à l’« auto­va­lo­ri­sa­tion » col­lec­tive.

Antonio Negri (né en 1933) est une figure majeure de la phi­lo­so­phie et de la théo­rie poli­ti­que contem­po­rai­nes. Il est, aux côtés de Raniero Panzieri et Mario Tronti, l’un des prin­ci­paux fon­da­teurs et ani­ma­teurs de l’opé­raïsme, l’un des cou­rants les plus ori­gi­naux du marxisme de la seconde moitié du XXe siècle. Il a aussi été un acteur déci­sif du mou­ve­ment auto­nome ita­lien.
Parmi ses nom­breux tra­vaux, citons : Marx au-delà de Marx (1979), L’Anomalie sau­vage (1982), Empire (2000), Multitude (2004) et Commonwealth (2009).